La rentrée littéraire de Librest au Théâtre Bastille

En ce jeudi soir de fin d’été, le réseau Librest, qui rassemble plusieurs librairies indépendantes parisiennes mais aussi un librairie vincennoise, a rassemblé un large public pour présenter huit auteurs sélectionnés pour la rentrée littéraire 2015 !

Accueil professionnel dans l’enceinte du théâtre Bastille avec un écran projetant les différents ouvrages présentés. Petit bémol qui a tout de même son importance : ce rendez-vous a commencé avec trente minutes de retard soit à 20h au lieu de 19h30 sachant qu’il était imposé d’arriver à 19h pour conserver sa réservation…

Fort heureusement, le nouveau format de ce rendez-vous m’a séduit et m’a fait oublié ce contretemps :  moins d’auteurs présentés que l’an dernier mais plus dynamique avec un échange entre chaque écrivain et un libraire. Plus de deux heures non-stop intenses et très intéressantes !

Librest_rentrée_litteraire 2015

Librest_rentrée_litteraire 2015

Didier Castino « Après le silence » échange avec un libraire de l’Atelier

Premier roman de l’auteur qui traite de la filiation et de l’amour père-fils. Le texte se déroule en deux parties : toute la parole du père passe par l’omniprésence du lieu de travail, l’usine, où celui passe tout son temps et dont le fils ressent l’absence. Cette absence le pousse à se construire sans modèle mais à travers les livres et une éducation auquel tient beaucoup le père qui lui n’a pas eu cette opportunité. La deuxième partie du livre donne la parole au fils suite à la mort du père où les liens d’amours ressortent sous un autre angle.

Agnès Desarthe « Ce cœur changeant » échange avec un libraire d’Atout livre

Agnès est un auteur de romans, d’essais, pour la jeunesse et elle est aussi traductrice !! Son livre a reçu le prix littéraire du monde mercredi 09 septembre 2015. Roman d’évasion, historique, d’aventure qui se déroule sur la période 1880-1930. Les lectures de l’auteur qui ont accompagnés sont travail d’écriture sont antagonistes et ils se retrouvent dans cet ouvrage (Dumas, Dickens, Proust, Woolf). Histoire d’une jeune femme, Rose, qui monte à Paris et qui va découvrir la difficulté de s’en sortir seule surtout à cette époque. Livre accompagné de personnages très incarnés comme la grand-mère de Rose ou le bébé de deux mois.

Fabrice Loi  » Pirates »

Tony, forain, décide de quitter son père et ce milieu pour partir vivre à Marseille et faire une nouvelle vie. Il réalisera des petits boulots de mécanicien tout en alliant ceci avec sa passion de trompettiste. Un soir son avenir va changer lorsqu’il va rencontrer Max un ancien militaire qui va lui proposer une mission. Une femme soprano va s’ajouter et créer un triangle amoureux. Roman axé sur la musique, sur la condition des forains et la grande criminalité écologique.

Horacio Castellanos Moya « Le rêve du retour » échange avec un libraire du Genre urbain

Auteur salvadorien qui a rédigé déjà dix ouvrages. Récit sur un journaliste salvadorien exilé au Mexique qui souhaite rentrer chez lui mais la frayeur du retour lui fait perdre pied et le pousse à réaliser des séances d’hypnose. La rédaction à la première personne, le contexte politique (la guerre civile: « personne issue d’une société où la violence est l’air que l’on respire ») et le choix d’un personnage qui vit une crise existentielle permanente permet au lecteur de vivre avec lui son rêve de retourner au pays pour reprendre sa vie (rêve de toute personne exilée). Ses séances d’hypnose lui révèle ce qu’il aime et ce qu’il n’aime pas chez lui: il découvre des souvenirs qu’il n’avait pas à l’esprit et ceci le fait peur. Ce roman nous montre ce qu’apporte la découverte de sa mémoire et les dangers que cela peut ouvrir.

Héloïse Guay de Bellissen « Les enfants de choeur de l’Amérique » échange avec un libraire de Millepages

Les quatre personnages principaux sont des adolescents fragiles qui vivent au cœur des Etats-Unis où chacun cherche à marquer l’Histoire. Roman coup de poing avec un style littéraire mélangé avec la « langue parlée ». Le centre de l’ouvrage vient de la réalité fourni par divers supports et son choix s’est porté sur la période de l’adolescence qui est pour l’auteure une période charnière à la fois personnelle et littéraire.

Albena Dimitrova « Nous dînerons en français » échange avec un libraire de La Manoeuvre

Au cœur des années 80, une jeune femme paralysée tombe amoureuse dans un hôpital du gouvernement d’un homme de 55 ans ex-KGB. C’est amour charnelle, poétique sur un fond de la chute du mur de Berlin et leur fuite pour la France, pays de cœur de l’auteure. Bel exercice de l’auteure bulgare de rédiger en français avec un accent bulgare.

Paul Lynch « Neige noire »

Second roman de cet auteur irlandais qui s’appuie sur son passé de critique de cinéma pour concevoir son livre: vision visuelle de ce qu’il écrit. Son premier livre relatait la migration d’une famille aux Etats-Unis et dans celui-ci c’est le voyage retour: celle d’une famille qui vit aux Etats-Unis et qui souhaite retourner sur ses terres natales l’Irlande sachant que lorsqu’un irlandais part il est organisé une veillée funéraire signe d’adieu donc le retour n’est jamais envisagé…Ce livre est issu d’un rêve de l’auteur où il s’est réveillé en sursaut « une étable en feu ».

Mathias Enard « Boussole » échange avec le libraire Millepages

Il a écrit plusieurs romans et déjà reçu plusieurs prix. Ce roman est axé sur l’amour entre l’occident et l’orient dont la porte se trouve à Vienne avec au centre le grand amour Sarah. L’objectif est de reconstituer une histoire sur les longs échanges entre l’Est et l’Ouest et explorer les frontières qui se sont déplacées au fil des siècles.

 

Soyez le premier à commenter