Festival America – Journée professionnelle et ouverture du festival

J’ai assisté à la seconde et à la troisième table ronde de la journée avant la soirée d’ouverture. Margarett Atwood s’est exprimé en français pendant toute son intervention: un exercice difficile mais relevé aisément ! Programme de cette table ronde : Technologies et écriture – rencontre avec Margaret Atwood

Margarett Atwood Festival America

Margarett Atwood Festival America

Margarett Atwood Table ronde

Margarett Atwood Table ronde

Elle apprécie fortement les technologies qui permettent au plus grand nombre d’accéder à la culture. Elle a d’ailleurs beaucoup de followers et elle adore échanger avec ses lecteurs qui savent prendre le temps de découvrir chaque livre. Elle a une vision futuriste de notre monde. Elle travaille sur le projet d’une consœur écossaise qui travaille sur la plantation d’arbres pour imprimer des livres pour 2114. C’est un projet très optimiste. Elle est prête à faire imprimer son prochain livre dans cent ans (structure qui garde les écritures sur le bois). Sa consœur a recherché des copeaux de papiers « bois de l’avenir » et de l’encre permanent. Mon feedback sur Margarett Atwood: Jeune femme douce, charmante qi s’exprime très bien en français. Elle a fait rire l’assemblée en comparant les deux langues : Collant – Bas culotte; Escalator – escalier roulant; Weekend – fin de semaine Programme de la dernière et troisième table ronde : Les auteurs américains face à Amazon Auteurs_Table ronde 3.1 Auteurs_Table ronde 3.2 Auteurs_Table ronde 3Le débat a commencé sur l’actualité de cet été : conflit entre Hachette et Amazon avec une lettre ouverte écrite et signée par les auteurs qui sont pris dans ce conflit commercial Ce conflit a démarré début 2014 et a bloqué complètement cet été/ La lettre a été signée par tous les écrivains impactés afin de montrer le pouvoir d’Amazon en capacité de bloquer réellement les écrivains. Voici le retour des écrivains présents: – Amazon est leader sur le marché américain avec une détention de 60 % des parts de marché sur les livres numériques et 30 % sur les livres papiers. Amazon s’est toujours vanté d’être présent pour les petits écrivains et de les défendre alors qu’il se révèle être capable de jeter les écrivains contre un bus pour le profit. – Hachette a refusé la marge demandée par Amazon d’où le blocage des écrivains qui sont publiés par Hachette, soit 2500 auteurs et 7000 titres affectés par ce blocage. Baisse de 50 à 90 % des ventes pour ses écrivains. – Il y a une réelle inquiétude sur la stratégie entreprise par Amazon de manière globale (au-delà du livre). Par exemple sur la télévision, ils ont pris cinq metteurs en scène pour faire des pilotes d’émission et le téléspectateur a voté pour continuer une série ou non sans mesurer la qualité culturelle et artistique d’une émission…vers quel monde allons-nous? – Aux Etats-Unis dans le monde de l’édition, les contrats des auteurs varient beaucoup qu’ils soient destinés au papier ou à la version électronique. La situation est désolante pour les écrivains que ce soit face à Amazon ou aux grandes maisons d’édition. Beaucoup de personnes aux Etats-Unis croient à la facilité et ils préfèrent payer cher pour un repas ou un café que pour la lecture d’un ouvrage. Il n’existe pas de lois pour protéger les petites librairies. – Il y a un réel manque de compréhension sur le pouvoir réel d’Amazon. Beaucoup d’individus croient encore à l’entreprise démocratique qui a démarré il y a quinze ans et qui fait face à Goliath mais c’est faux ! La perception d’Amazon par le grand public est différente de la réalité (leader populiste qui veut récupérer les élites des éditeurs). Amazon est un produit de la culture américaine qui porte une histoire romantique (start up au fond d’un garage, changer notre manière de penser). – Amazon permet tout de même à certains écrivains de s’auto-publier en évitant de passer par les éditeurs qui sont trop snobs et qui prennent les gens de haut => véritable problème – Le problème principal touche les écrivains à succès qui sont publiés par les grandes maisons d’édition. – Ecrivain qui s’est exprimé sachant qu’elle est aussi éditrice : Au début l’arrivée d’Amazon a ravi tout le monde parce qu’il a permis aux personnes d’accéder aux livres. Amazon a donné un sentiment de pouvoir rétablir une justice – Robin des bois des livres ! Il y a une dimension positive dans le développement d’Amazon sachant que le PDG se définit comme un inventeur et non un businessman et sa femme est romancière. Elle est optimiste dans cette querelle de contrat pour une bonne issue mais elle s’inquiète de pouvoir continuer son travail d’éditeur aux Etats-Unis. – Amazon a vécu un fiasco quand il a essayé d’avoir pignon sur rue et de vendre des livres sous format papier => échec retentissant – Amazon a soulevé un prétexte face à Hachette en disant qu’ils perdent de l’argent mais la question importante est la suivante : Que va t’il se produire si Amazon arrête de vendre des livres alors qu’ils ont pris une place importante sur ce marché ? Est-ce que les éditeurs vont ils s’adapter économiquement face à ce nouvel acteur ? Quel est le pouvoir des auteurs ? – Amazon a une faible rentabilité parce qu’elle a une politique d’investissement en R et D importante. Les écrivains ont besoin d’Amazon pour remplacer les librairies qui ferment bien que les écrivains aimeraient que les livres ne soient pas considérés comme un simple produit avec une date de publication et de péremption. – Amazon a senti un espace sur le marché de la littérature et il s’est installé – capitalisme avisé et agressif. Donc qui blâmer éditeur ou Amazon? Querelle industrielle –  le CA des livres représente 7 % du CA global d’Amazon => la littérature pèse peu dans son CA mais Amazon étant très agressif  donc 70 % des parts de marché => ceci est le véritable problème. En France, les écrivains nous conseillent de ne pas faire comme en Amérique du Nord et en Grande-Bretagne. En France, Amazon représente 12 % du marché mais quand sa part augmente la menace sera imminente pour les écrivains et les libraires. Créer un monde par les libraires pour les écrivains concurrent à Amazon « They need them than they need us » – Ironie d’un des auteurs canadiens : Amazon est comme un petit cancer qui pour lui se passe bien, il est bien traité mais un jour il se généralisera. CONCLUSION: diversité des opinions sur ce conflit et situation complexe dans la relation écrivain / éditeur : il existe des petites maisons d’édition qui innovent en appliquant de nouvelles méthodes et ils s’appuient sur Amazon plus que sur les librairies parce qu’ils réalisent de meilleurs ventes sur Internet. Ce débat permettra peut être de mettre en avant les petites maisons d’édition et pousser au changement les grandes maisons d’édition en attirant les lecteurs à travers les réseaux sociaux en créant des communautés par exemple (by liner start up qui publie un format participatif 3000 à 30 000 mots). Deux solutions : arriver à créer un vendeur de livres concurrent à Amazon et trouver de nouvelles approches pour attirer les lecteurs à des événements…

Soirée d’ouverture

Ouverture du Festival

Ouverture du Festival

Auteurs Festival America à son ouverture

Auteurs Festival America à son ouverture

Festival America 2014

Festival America 2014

*

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Podium Page

Podium Page

Ouverture du Festival

Ouverture du Festival

Remise du Prix Page America

Remise du Prix Page America

Remise du Prix à Nickolas Butler

Remise du Prix à Nickolas Butler

Remise du Prix Page America

Remise du Prix Page America

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Magazine PAGE annonce le prix AMERICA (250 libraires et bibliothécaires ont votés en ligne d’où sont ressortis quatre romans): Nickolas BUTLER !! « livre très humain et chaleureux ». Nickolas Butler a remercié plusieurs fois pour l’obtention de ce prix pour son premier roman. Il était stressé et très impressionné d’être présent à côté de certains auteurs qui ont été professeurs voire ses idoles. Ouverture par Gilles le président du Festival America et le président de Millepages: « Sans les écrivains nous ne sommes rien » Remerciement aux partenaires, au média (Télérama depuis 2002 et France Culture depuis 2004), les libraires et les bénévoles. « Nous ne sommes rien sans un lieu et le festival a besoin d’un lieu  » – Remerciement à la ville de Vincennes. Laurent Lafon, Maire de Vincennes: Ce festival est le point entre le continent américain et la France. Cette septième édition respecte l’esprit de son début il y a 12 ans: rencontres inédites entre auteurs américains et français.  C’est une grande fierté d’avoir le Festival America à Vincennes. Grand remerciement à l’organisation, aux écrivains et aux bénévoles – quatre jours 35 000 visiteurs. Eva et Charlotte ont listés tous les écrivains présents. La parole a été donné à trois écrivains: 1) Ecrivain originaire du Canada: Margarett Atwood « C’est un grand honneur et un grand plaisir d’être ici présent. C’est la troisième ois depuis 2002. Ce festival est un hommage pour traverser les frontières et rapprocher les générations. Je me sens bien chez moi, chez vous. Merci à mes lecteurs sans vous je ne serai pas là ». Elle a reçu la médaille de la ville de Vincennes par le maire en personne. Elle s’est exprimé en français ! 2) Ecrivain présent depuis le début : Richard Ford Il a commencé en français mais il a préféré continuer en anglais. Remerciement aux lecteurs sachant que ce festival signifie beaucoup pour lui : en venant ici le lectorat s’élargit et c’est un immense plaisir. Il apprécie le regard bienveillant sur l’écriture Nord Américaine qui aide tous les écrivains. Remise de la médaille de la ville 3) Cinéaste: Alex Smith Scénariste du film qui sera diffusé le vendredi soir issu du premier livre de Richard Ford « Winter in the blood ». Intervention de Perrine Leblanc, auteur présent pendant quatre mois à Vincennes (la ville met à disposition un appartement, publication de billet dans le magazine mensuel local, rencontre de jeunes dans les écoles). Intervention rapide de Sandrine Trener, directrice adjointe de France Culture présent depuis 2004. Intervention du Vice président du Conseil Régional IDF : la littérature américaine est un véritable honneur. Il est enchanté d’avoir fait émergé ce projet depuis 2001 et de le soutenir encore aujourd’hui. Avec la crise, nous nous recentrons sur le principal mais heureusement ce projet est restée une mission première (la culture est souvent coupée en premier). Face au populisme, la culture est une bonne réponse face à la crise. Intervention du Responsable du Centre National du Livre : rôle important des éditeurs et des libraires « sans eux nous n’aurons pas de livres en tre nos mains, ils nous structurent et nous rendent riches ». Honneur d’être le partenaire avec Vincennes pour le Festival America. « vous savez que la culture coûte chère, essayez l’ignorance ». Il ya 13 ans a eu lieu ce 11 septembre, il espère que cela va changer vers un monde meilleur.

Margarett Atwood en interviews dans les rues de Vincennes

Margarett Atwood en interviews dans les rues de Vincennes

Vincennes et le Festival America

Vincennes et le Festival America

Soyez le premier à commenter