Critique « Que sonne l’heure » de Peter James

Peter James_Que sonne l'heure

Peter James_Que sonne l’heure

Dans ce livre de Peter James « Que sonne l’heure », nous voyageons entre New York et Brighton avec l’héritage de la mafia irlandaise.

Les premières pages démarrent par le meurtre de la mère et la disparition du père de Gavin Daly, membre du gang des White Hands en 1922 à Brooklyn. Gavin et sa soeur seront récupérés par leur tante qui les emmena en bateau n Irlande. Au moment de monter à bord, un individu lui donne la montre de son père, un journal avec des noms et un numéro ainsi qu’une arme : Gavin décide de revenir un jour retrouver son père.

Quatre-vingt-dix ans plus tard, une dame très âgée est retrouvée chez elle grièvement blessée et il semblerait qu’elle a été torturée par des voleurs qui en voulaient à son coffre-fort, ses œuvres d’art et à ses antiquités. Roy Grace prend en main l’enquête mais il va rencontrer des difficultés provoquées par la famille de la victime qui cherche aussi les assassins pour retrouver une montre, Patek Philippe, de 1922 et peut-être enfin tenir une promesse.

Notre cher enquêteur Roy qui souhaitait consacré plus de temps à sa femme et son bébé va devoir faire des choix qui vont engendrer des situations tendues jusqu’à la dernière page.

Encore une belle découverte et un bon moment de lecture !! Merci Peter James !

Combien de temps pour le lire ? 2 semaines

Quel public ? Tout amateur de romans policiers

Quelle note ? 3,5 /5

 

Soyez le premier à commenter