Critique « Petite » de Geneviève Brisac

Genevieve Brisac_La petite

Genevieve Brisac_La petite

Découverte de ce livre grâce à mon libraire sur un thème difficile l’anorexie des jeunes filles. Geneviève Brisac a réussi de manière simple à donner un autre regard sur ce mal être avec beaucoup de profondeur. Livre poignant à travers le vécue de Zouk au sein de sa famille depuis le commencement de son choix d’arrêter de s’alimenter jusqu’à son hospitalisation. Le paradoxe entre l’insouciance de Zouk, son plaisir de mentir et cacher son non-alimentation et la profondeur de la maladie qui prend de l’ampleur jusqu’à l’empêcher de respirer correctement met en lumière la difficulté de prendre conscience des conséquences vitales de multiples actions négatives.

Maladie dangereuse bien sûr pour les risques vitaux mais surtout par la facilité pour tomber dedans sans que l’entourage proche ne puisse faire quelque chose.

Mon seul regret les deux dernières pages du livre où l’on découvre la clé qui a permis à Zouk de s’en sortir et aussitôt happy end. Tout comme il est intéressant de plonger progressivement dans les mécanismes mentaux qui ont poussé Zouk vers les profondeurs de l’anorexie, j’aurai aimé plus de profondeur pour mieux comprendre cette clé et voir sa progression pour s’en sortir.

Quel public ? Tout lecteur

Combien de temps pour le lire ? 48h

Quelle note ? 3/5

Soyez le premier à commenter