Critique « Péchés Capitaux » de Jim Harrison

Jim Harrison_Péchés Capitaux

Jim Harrison_Péchés Capitaux

Un livre que j’ai eu pendant longtemps dans ma PAL et que je viens enfin de lire : Péchés Capitaux de Jim Harrison.

L’inspecteur Sunderson est enfin à la retraite et il décide de jouir de sa passion, la pêche, en achetant un chalet dans le Nord du Michigan pour être au calme, loin de la civilisation et de toute la violence qu’il a pu connaître pendant sa carrière et surtout pour pêcher de belles truites près de chez lui.

Mais c’est sans compter sur ses voisins, la famille Ames, qui sont réputés les plus violents et pervers que toute l’humanité a pu connaître. Ils vivent avec leurs propres lois en s’autorisant toutes sortes de délits et de crimes, en escroquant, en volant et en violant toute personne extérieure ou au sein même de la famille sans limite d’âge.

Dans ce chaos, Sunderson va conserver ses réflexes professionnels et de part son lien avec Lemuel (un des oncles qui s’essaie à l’écriture) et Monica (sa jeune maîtresse et cuisinière), il va être au cœur d’une enquête suite à des meurtres successifs par empoisonnement dans la famille.

Ne vous méprenez pas comme cela m’est arrivé, ce n’est pas un « vrai » roman policier mais un regard noir sur la société américaine avec beaucoup de violences, de choses dérangeantes qui n’ont pas apporté une grandeur à cet ouvrage. Sunderson, 66 ans, qui n’accepte pas de vieillir est un fait qui se comprend et qui concerne beaucoup de personnes sachant qu’il sort de son divorce avec Diane où il l’aime encore. Cependant, cela ne pardonne en aucun cas son aventure sexuelle avec sa fille adoptive, Mona, ou avec une jeune fille de 19 ans, Monica, ou bien toutes les filles qu’il attire dans son lit. Je me suis réellement demandé ce que cela apportait au livre. Il n’y a pas une page sans sexe, alcool en abondance et violence. Cela ne m’aurait pas dérangé si le livre n’était pas rempli de répétition et surtout si le plus intéressant n’était pas résumé en quelques phrases : l’enquête et l’historique de la famille Ames (surtout la construction ou la destruction de cette famille du grand-père aux petits enfants à travers la violence).

C’est le premier ouvrage que je lis de Jim Harrison et je ne m’attendais pas du tout à ce style littéraire de faible qualité lassant et décevant.

Combien de temps pour le lire ? Une bonne semaine

Quel public ? …

Quelle note ? 1/5

Soyez le premier à commenter