Critique « Millénium 4 – Ce qui ne me tue pas » de David LAGERCRANTZ

Millenium 4_David Lagercrantz

Millenium 4_David Lagercrantz

Première critique de l’année avec un livre qui a été très attendu par tous les fans de Millénium : le nouveau tome MILLENIUM 4 !!

Un grand défi pour cet auteur qui a voulu tenter l’exercice de style…Un peu de suspense tout de même…

Quel plaisir de retrouver Mikael Blomkvist, Erika, Sonja Modig, Jan Bublanski et Lisbeth Salander au cœur de la Suède et du magazine Millénium !

Alors oui les personnages sont là avec leurs blessures intactes mais nous ne retrouvons pas l’environnement froid, pesant, sombre et déjanté des autres Millénium. Ce qui m’a manqué c’est d’être resté en surface des personnages : j’ai été frustrée de ne pas pouvoir être dans l’esprit de Lisbeth (sa noirceur, sa froideur et sa détermination restent intactes) ou Mikael dans cette aventure. D’ailleurs, de quoi parle ce nouveau tome de Millénium : un jeune chercheur Frans Balder, un génie qui fait de la recherche sur l’intelligence artificielle des ordinateurs pour servir les hommes, se sent menacé suite à des découvertes explosives. Frans Balder au tournant de sa vie décide de rentrer en Suède, quitter son travail aux Etats-Unis et de devenir un bon père pour son fils August qui souffre d’une maladie particulière…Bien sûr je ne vais pas tout vous raconter !!

Quel lien avec Mikael ? Il souhaite qu’il soit LA première personne à connaître ses révélations qui lui servira d’assurance-vie. D’ailleurs cela tombe à pic puisque le journal vit une période difficile avec des actionnaires qui souhaitent faire des changements radicaux.

Et Lisbeth ? Hum à vous de le découvrir en lisant ce tome Millénium 4. Nous en apprenons beaucoup plus sur son passé qui resurgit. Elle a continué à faire des recherches sur les activités de son père Zalachenko et elle a foutu la pagaille à la NSA… Avec un tel contexte et des personnages forts qu’est ce qui m’a également déçue : les longs moments sur la physique quantique et l’intelligence artificielle,m’ont perdu à plusieurs instants. De plus, l’ouvrage commence réellement deux tiers après avoir commencé le prologue…Mais j’avoue que les cent dernières pages m’ont passionné jusqu’à une chute attendue et du coup trop brève en terme de descriptif. Vu la fin il y aura une suite mais là pareil pas de révélation.

J’étais de ceux qui trouvait courageux que David Lagercrantz tente de faire une suite et il est vrai je ne pensais pas être autant déçue. C’est un bon policier mais pas un Millénium !

Tout lecteur – Deux semaines – 2,5 /5

Soyez le premier à commenter