Critique « Mémé dans les orties » d’Aurélie Valognes

Mémé dans les orties_Aurelie Valognes

Mémé dans les orties_Aurelie Valognes

Après ma publication de la semaine dernière, cette semaine c’est dans un tout autre registre que je vous emmène avec un livre léger, tendre et qui se lit tout seul…

« Mémé dans les orties » d’Aurélie Valognes nous emmène au sein de l’immeuble au 8 rue Bonaparte où la vie est douce jusqu’à l’arrivée de Ferdinand Brun. Avant son arrivée, une vie paisible et tranquille se déroulait au sein de cet immeuble sous le contrôle de Madame Suarez, concierge qui dirige d’une main de fer l’ensemble des habitants : cahier sur les faits et gestes de chacun  et un agenda millimétré pour tout surveiller. L’arrivée de Ferdinand, octogénaire, ronchon, serial killer, emmerdeur qui loge ici depuis que son ex femme la quitté pour le facteur, va chambouler la vie des habitants. Il vit seul avec sa fille qui vit à Singapour avec son fils. Ferdinand n’aime pas les gens (il n’aime que sa chienne Daisy) et en particulier Madame Suarez où il prend un malin plaisir à embêter.

Le premier chapitre plante le décor puis les chapitres suivants révèlent les événements qui ont précédés la conséquence du premier chapitre. Nous découvrons un homme bien plus profond que l’apparence qu’il peut donner et l’arrivée de Juliette, fillette coriace, va le transformer en s’invitant chez lui le midi pour déjeuner (bien meilleur que la cantine). Puis Béatrice, sa voisine, entrera dans sa vie …

Un livre qui se lit facilement avec le sourire aux lèvres. Un coup de cœur pour la construction du roman et la relecture du premier chapitre après avoir fini le roman montre la justesse et la qualité littéraire de l’auteure.

Bref un livre frais et pleins de bons sentiments !

Quel lecteur ? Tout lecteur grand public

Combien de temps pour le lire ? 2 à 3 jours

Quelle note ? 3/5

Soyez le premier à commenter