Critique « l’hypnotiseur » de Lars Kepler

Lars Kepler_lhypnotiseur

Lars Kepler_lhypnotiseur

L’entrée en matière se fait sans détour avec le présage d’un malheur qui sera au-delà de l’imaginable pour le lecteur. L’élément déclencheur en début d’ouvrage va nous entraîner dans des événements successifs jusqu’à la dernière page avec un dénouement qui présage d’autres rebondissements.

Comment une action qui a pour but de rendre service, sauver une vie, peut basculer une vie et surtout celle de son entourage ? Que penser de l’hypnose ? Et surtout que pouvons-nous penser des médias qui peuvent provoquer des malheurs bien plus profonds que cela ne s’y prête en apparence ?

Eric Maria Bark, psychiatre spécialisé dans le traitement de chocs et traumas extrêmement importants et surtout ancien hypnotiseur, va devoir jongler entre ses problèmes de couples, ses problèmes avec son fils ado, le problème d’une vie à sauver, ses problèmes de conscience et ses problèmes avec ses anciens démons.

A cela s’ajoute, une enquête policière menée par Joona Linna avec ses intuitions, sa détermination, ses actions à la limite de la légalité qui porteront ses fruits.

L’épouse d’Eric, Simone, nous révèle toute la complexité de la vie de couple d’autant plus qu’en celle-ci doit faire face à l’enlèvement de l’être le plus cher. Ce recentrage sur l’essentiel peut-il redonner un équilibre ?

Benjamin, jeune adolescent refermé sur lui-même qui à travers une rencontre va faire basculer sa vie.

Kennet, le beau-père ex-policier, qui mettra sa vie en danger pour résoudre une partie de l’énigme des pokemon entourant la disparition de son petit-fils Benjamin.

Beaucoup de personnages, chacun marqué par la vie, qui vivront d’une manière différente les évènements et chaque action permettra de compléter le puzzle jusqu’à sa résolution.

Nous attendons avec impatience, le troisième volet de la trilogie !

Tout lecteur 4 /5   2 semaines

Soyez le premier à commenter