Critique « L’Esquinte » d’Edwige Decoux-Lefoul

"L'Esquinte" d'Edwige Decoux-Lefoul

« L’Esquinte » d’Edwige Decoux-Lefoul

Edwige Decoux-Lefoul nous emmène au cœur de la Bretagne, dans le pays bigouden, pour nous faire découvrir une jeune femme, Louise, indépendante peintre qui ne se laisse plus mener par les autres depuis une période de son enfance difficile. La trahison de son compagnon, Sacha, jeune homme sûr de lui, banquier, au grand succès avec les femmes et sans véritablement d’état d’âme (sa règle d’or : réussir par tous les moyens) va entraîner une succession d’événements qui va transporter le lecteur.

En effet, « L’Esquinte » se dévore dès que l’on a ouvert les premières pages pour entraîner le lecteur à travers la Bretagne puis Paris pour s’achever à nouveau dans cette jolie petite maison du pays bigouden.

L’auteure donne la place à chaque personnage ce qui permet au lecteur de s’attacher à chacun d’entre eux et de bien les connaître. J’ai beaucoup aimé la manière réaliste et simple de montrer comment un événement assez connu dans la société d’aujourd’hui enclenche un effet boule de neige jusqu’au drame ultime.

Ce roman met en perspective les caractères des humains et les diverses réactions que chaque personne peut avoir dans des situations amoureuses. La profondeur de l’ouvrage et le style littéraire de l’auteure révèle un ouvrage complet et délicieux.

Le grand plus de ce roman sont les dessins de l’auteure à différents moments du roman qui renforce la signature de l’auteure et met en lumière la relation entre Louise et sa grand-mère.

Merci Magali pour cette belle découverte !

Quel lecteur ? Lecteur féminin

Combien de temps pour le lire ? Une semaine

Quelle note ? 3,5/5

 

Soyez le premier à commenter