Critique « Les fiancés de l’hiver » de Christelle Dabos

"Les fiancés de l'hiver" de Christelle Dabos

« Les fiancés de l’hiver » de Christelle Dabos

Très belle expérience en ce printemps avec une fiction, pas coutume de mes lectures, « les fiancés de l’hiver » de Christelle Dabos.

Lecture concourant au prix de mon club qui me donne envie de donner de plus en plus de place à la fiction. Tout d’abord le choix de la couverture avec cette cité suspendue glaciale avec le titre en forme de courant d’air. Un signe avant-coureur du lieu où va se retrouver l’héroïne, Ophélie, jeune fille tellement maladroite, naïve et refermée dans son monde où elle est reconnue comme l’experte « liseuse ». Sous ses airs de brindilles et de négligée, elle cache un caractère fort et des pouvoirs magiques puissants (elle peut passer à travers les miroirs pour changer de lieux et son pouvoir de liseuse lui permet de connaître le passé des personnes qui ont touché les objets).

Christelle Dabos nous fait basculer dans l’univers d’Ophélie dès le début par le bousculement de nos références terriens avec des arches en lieu et place des planètes. Ophélie vit sur l’arche Artemis où l’ancêtre éternel dirige l’arche. Dans cet univers, la place des femmes est contrainte où sa famille choisie son futur époux et où elles sont soumises au rôle que veut bien leur donner la famille.

Tout bascule pour Ophélie le jour où les doyennes de l’arche lui choisissent un homme, bourru et peu expressif, issue d’une autre arche, « pôle ».

Christelle Dabos nous révèle chaque personnage progressivement et je me suis attachée à Ophélie qui m’a bien fait sourire de ses maladresses et j’ai tremblé quand elle s’est retrouvée dans certaines situations. Les détails sur chaque personnage et sur les lieux montrent le souhait de l’auteure de faire plonger le lecteur dans ce milieu : pari réussi, le lecteur est accroché jusqu’à la dernière page et il vit au fil des événements.

Roman fantastique de littérature jeunesse qui est pour ma part davantage tout public de part sa complexité, sa qualité littéraire (description des lieux, des personnages complexes) et sa cadence.

Quel lecteur ? Tout public

Combien de temps pour le lire ? 4 jours

Combien de pages ? 567 pages – Gallimard Jeunesse

Quelle note ? 4,5/5

Soyez le premier à commenter