Critique Geek Girl 2 d’Holly Smale

Geek Girl 2 d’Holly Smale

Geek Girl 2 d’Holly Smale

J’ai découvert sur le devant des livres à ma bibliothèque un titre, une couverture et un résumé qui m’ont donné envie de commencer l’année sur de la légèreté : Geek Girl 2 d’Holly Smale.

Je n’ai pas lu le premier tome et cela n’a pas gêné ma lecture de ce tome.

Harriet Manners, héroïne de cet ouvrage, nous plonge dans sa maladresse, son côté geek jusqu’au bout des ongles, son intelligence mal perçue par les autres adolescents et ses complexes. Elle a une vie simple, banale jusqu’au moment où elle se retrouve mannequin dans le monde de la mode, du luxe, de la haute-culture, milieu réputé exigeant voire intransigeant.

Harriet est une adolescente de 16 ans qui vit en Angleterre avec son père et sa belle-mère. Sa vie sociale est peu remplie : elle peut compter sur ses deux amis (l’harceleur Toby et sa meilleure amie Nat) et sa côte de popularité est au plus bas niveau.

L’ensemble des personnages qui entourent Harriet sont folkloriques et je les ai adoré : tout d’abord son père et sa belle-mère complètement perché avec l’arrivée du bébé, Toby l’ami amoureux, Nick l’ex copain canon, la grand-mère Bunty globe-trotteuse et perchée également, l’agent Wilbur et son langage à mourir de rire.

Son superbe été commence mal avec Nat qui est envoyé à la campagne en France mais son agent va rendre son été pimenté. Harriet va nous emmener pendant ses vacances d’été au Japon pour un shooting grandiose ! Elle se retrouve à Tokyo en apparence seule pour faire ses premiers pas de mannequin sous contrat. Elle va nous fait découvrir le Japon et partager son envie de tout savoir tout en tournant tout à la dérision avec sa maladresse. Bien sûr, elle ne s’attend pas à retrouver son ex aussi loin, à rencontrer une colocataire canon, Poppy, et à se faire une amie, Rin, mannequin japonais qui parle un anglais approximatif avec son animal de compagnie Kylie Minogue, qui a des tenues invraisemblables et qui va lui faire découvrir cette ville. Quelques scènes mythiques de son travail de mannequinat sont extrêmement drôles (surtout la première scène en Angleterre lorsqu’elle révise de manière originale son épreuve de physique pendant un shooting ou son shooting au Japon dans une cage en verre).

Entre deux maladresses, Harriet nous fait part de ses multiples connaissances dans tous les domaines, une grande geek, à travers des anecdotes invraisemblables.

Le style est simple, familier avec des anecdotes et des phrases structurellement dingues qui rendent la lecture plaisante. De plus, les cours chapitres donnent un rythme dévorant à la lecture.

Bref, une lecture fraiche qui m’a beaucoup amusé et détendu !

Quel lecteur ? Adolescente ou adulte qui ne se prend pas au sérieux

Combien de temps pour le lire ? 3 jours

Combien de pages ? 411 pages Editions Nathan

Quelle note ? 3,5/5

 

 

Soyez le premier à commenter